Contenu

Brèves Juin 2020

publié le 25 juin 2020

Chevaux controverse fin de vie

Une mission parlementaire sur la bien-traitance des animaux de compagnie, confiée à Loïc Dombreval (LREM), député des Alpes-Maritimes, par le Premier ministre, inquiète la Coordination rurale, car elle inclut le cheval. « Inclure le cheval dans l’enquête, quels que soient les détenteurs, laisse croire qu’il est assimilé à un animal de compagnie ». Or, « cette idée est extrêmement préjudiciable à tous les professionnels de la filière du cheval », estime le syndicat. Pour lui, l’abandon ou la fin de vie des équidés méritaient une mission spécifique. Concernant la fin de vie du cheval, un certain nombre de chevaux sont exclus de manière définitive de la consommation humaine sur simple décision de leur propriétaire. « Et cela pose un problème », reconnaît le député. (Extrait de la France Agricole 23/03/2020)

Finis les steaks, filets, ou saucisses végans

La loi relative à la transparence de l’information sur les produits agricoles et alimentaires, adopté fin mai, impose que l’origine des viandes de porcs, volailles, ovins, caprins et de la viande hachée bovine soit indiqué dans la restauration hors foyer. La loi interdit désormais l’emploi des dénominations utilisées pour désigner les denrées alimentaires d’origine animale, pour décrire, commercialiser et promouvoir les denrées alimentaires contenant des protéines végétales au-delà d’un seuil qui sera fixé par décret. Interbev se félicite de l’adoption de cette loi « qui apportera, lorsqu’elle sera appliquée, un vrai progrès en matière de transparence de l’information délivrée au consommateur » et appelle à publier rapidement le décret d’application. (Newsletter Réussir Pâtre 03/06)
La start-up agroalimentaire américaine Beyond Meat, spécialiste des imitations de viande à base de protéines végétales, déjà distribuées dans plusieurs pays européens, va désormais aussi produire directement sur le continent. L’entreprise va ouvrir un site de production à Enschede (Pays-Bas) et un site de co-production avec le groupe néerlandais de viandes Zandbergen. (dépêche AFP 11/0.

Et si les chiens étaient capables de détecter les personnes positives au Covid-19 ?

C’est la question à laquelle tente de répondre le Pr Dominique Grandjean, enseignant-chercheur de l’EnvA, à l’initiative du projet Nosaïs-Covid19. Une vingtaine de chiens sont actuellement formés à identifier l’odeur du Covid-19 dans des échantillons de sueur, à Maisons-Alfort, à l’université franco-libanaise de Beyrouth et à Ajaccio par le SDIS de Corse du Sud. Ces chiens sont parvenus à repérer les cas positifs parmi des cas négatifs et des placebos, avec un taux de réussite approchant les 100 %. Si ces résultats prometteurs sont confirmés ils pourraient déboucher sur une méthode de détection du Covid-19 à la fois peu coûteuse, fiable, et surtout aisée à mettre en œuvre à grande échelle, par exemple dans les aéroports à l’arrivée des passagers. Un gain de temps précieux par rapport au test virologique par PCR, qui pourrait toutefois être réalisé à titre complémentaire. (Extrait de 30 M d’Amis)

L’abattage de proximité – guide pour des projets d’abattoirs paysans

Ce document, publié par un ensemble d’associations qui militent pour le développement d’une agriculture paysanne, fait le point sur l’abattage de proximité ; le « maillon abattoir » est considéré comme un frein au développement des filières courtes. Guide (format pdf - 1.6 Mo - 25/06/2020)

Abattage sans étourdissement et tromperie des consommateurs L’OABA fera condamner l’Etat français si la loi n’y met pas un terme

Les viandes halal et kasher issues des abattages rituels, pratiqués sans étourdissement de l’animal, qui ne trouvent pas preneurs sur ces marchés confessionnels sont dirigées vers le marché conventionnel sans aucune mention informative. Ce système dit de la « complémentarité des circuits de distribution », avalisé par nos gouvernements successifs depuis de nombreuses années, constitue une atteinte majeure à la liberté de conscience des consommateurs. L’OABA a donc mis en demeure l’Etat français, par lettre recommandée du 19 février 2020 adressée au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, de prendre les mesures normatives assurant une traçabilité parfaite des viandes issues d’abattages réalisés sans étourdissement. Communiqué de presse (format pdf - 383.4 ko - 25/06/2020)

Maltraitance animale ; statistiques France

Dans une note récente de la Gendarmerie Nationale, on apprend que celle-ci a enregistré en 2018 pas moins de 9.504 infractions liées à des actes de cruauté et des mauvais traitements envers les animaux. Et encore, il ne s’agit là que des infractions sanctionnées ayant fait suite à des plaintes déposées par des témoins de ces sévices ou des constatations faites directement par les gendarmes. Le nombre de faits réellement commis est sans aucun doute bien plus élevé. À elle seule, la SPA a ainsi mené plus de 14.500 enquêtes l’an dernier, soit 30 % de plus qu’en 2018. Alors que l’été et les grandes vacances approchent, la saison des abandons en masse des animaux approche hélas également. L’ampleur inédite de ces chiffres de maltraitance ne peut qu’inquiéter l’association. (Extrait de Conso Globe, juin 2020).