Contenu

Des dépêches du site agrisalon à consulter sur : www.agrisalon.com

publié le 26 janvier 2018

Alimentation animale

Selon Terres Univia, l’’interprofession des huiles et protéines végétales, l’indépendance protéique de nos élevages est en danger. Elle s’inquiète quant à l’impact de la révision de la directive biocarburant sur la filière française de colza et donc sur l’approvisionnement en protéines des élevages. En plein essor depuis le développement du biodiesel et la promotion de l’autonomie en protéines végétales de l’élevage, la culture de colza couvrait 1,5 million d’hectares de l’Hexagone en 2017. Deux tiers de cette surface étaient d’ailleurs valorisés grâce au débouché biodiesel. De cette filière sont extraits les tourteaux pour l’alimentation animale. Ils permettent de nous passer de l’importation de l’équivalent de 600 000 hectares de soja essentiellement OGM en provenance du continent américain dont la production est souvent accusée de participer à la déforestation en Amazonie. (dépêche du 28/12/2017)

Bientôt des arbres dans la ration des vaches laitières

Les arbres de vos pâtures pourraient à terme faire partie de la ration de vos vaches laitières. C’est en tout cas ce qu’étudie actuellement l’Inra en analysant les valeurs nutritives de différentes espèces. (dépêche du 20/12/2017)

Prix du lait

Pour ce début d’année 2018, la conjoncture laitière conserve un « profil bancal », selon le Cniel. Ni la faible valorisation des poudres et la retombée des cours du beurre, ni la hausse de la production n’offrent des signaux encourageants aux éleveurs pour cette nouvelle année. (dépêche du 05/01/2017)

Production laitière

Cinquante éleveurs d’Alsace et de Lorraine, fragilisés par la crise du lait depuis trois ans, ont lancé la marque de yaourts A Güeter ! - bon appétit en alsacien - pour valoriser leur production et reprendre espoir. (dépêche du 07/01/2017)

Environnement

Au moins un quart de la surface de la Terre deviendrait « considérablement » plus sèche même si l’objectif de maintenir le réchauffement climatique en deçà de 2°C est atteint, selon une étude publiée lundi 1er janvier 2018 dans la revue Nature Climate Change. . (dépêche du 02/01/2017)

L’entreprise Biopic récompensée pour sa biopuce zootechnique

Ce dispositif équipé de capteurs est implantable dans la vache et permet de suivre en direct ses données physiologiques tout au long de sa vie afin d’intervenir en cas d’anomalie. Cette innovation a été récompensée à Paris le 27 novembre dernier lors de la première édition des grands prix de l’académie des technologies. (dépêche du 01/01/2017)

Programme européen pour le secteur laitier

Piloté par l’Idele, le projet européen Dairy-4-Future regroupe cinq pays (Royaume-Uni, Irlande, France, Espagne, Portugal). Il a pour objectif de rendre l’élevage laitier de l’espace Atlantique plus résilient, à travers une bonne utilisation des ressources. Considéré comme l’une des zones les plus favorables du monde pour produire du lait, cet espace sera étudié grâce à la mise en réseau de 100 fermes laitières innovantes et 10 fermes expérimentales. (dépêche du 12/01/2018)

Bien-être animal

Le 9 janvier, la Cour des comptes européenne publiait un document d’information sur les mesures prises par l’UE pour le bien-être animal. Ces mesures portent sur le respect des législations dans ce domaine, mais visent aussi à l’amélioration de la coordination entre bien-être animal et Pac. En parallèle, un audit, limité aux seuls animaux d’élevage, est en cours ; il a pour objectif de mesurer l’efficacité des actions européennes en faveur du bien-être animal, ainsi que d’encourager à aller au-delà des exigences minimales dans ce domaine. Le rapport, qui sera publié fin 2018. (dépêche du 18/01/2018)

Grippe aviaire

La Commission européenne a autorisé une compensation de 65 millions d’euros pour les éleveurs français touchés par la grippe aviaire, notamment pour les élevages de canards et d’oies du sud-ouest durement affectés par les restrictions vétérinaires. La moitié de cette compensation financière provient des autorités françaises et l’autre du budget européen.(dépêche du 19/01/2018)

Emploi en agriculture

Les services de remplacement recrutent. Pour 2018, ils offrent 300 postes en CDI pour assurer le remplacement des chefs d’exploitation agricoles. Plusieurs centaines de contrats en CDD sont aussi proposés tout au long de l’année pour assurer des missions imprévues et de courte durée. La moitié des 300 CDI à pourvoir sont des créations de postes, l’autre moitié des renouvellements. (dépêche du 22/01/2018)