Contenu

Dossier : Maintenir les abattoirs de proximité

publié le 29 juillet 2018
in RéussirViande n°261, juillet-août 2018, pages 16-27. Les dernières décennies ont été marquées par une forte restructuration du secteur français de l’abattage et la consolidation d’outils industriels de grande dimension. Mais il est nécessaire de maintenir un maillage suffisamment dense du territoire pour permettre le développement des circuits de proximité et continuer à effectuer les abattages d’urgence.
Au cours des quarante dernières années, le nombre d’abattoirs a fondu comme neige au soleil sur le territoire français. Au début des années 1980, il y en avait près de 700. Ils n’étaient plus que 263 en 2015, année où ils avaient ensemble permis de travailler un total de 3,51 millions de tonnes de bovins, porcins, petits ruminants et équidés. Ce sont surtout les petits abattoirs qui ont disparu : sur les 125 abattoirs qui ont fermé entre 2002 et 2010, 64 produisaient moins de 1000 tonnes par an. Les gestionnaires de beaucoup d’abattoirs de petite taille, le plus souvent publics, n’ont pas été en mesure de consentir les investissements nécessaires à leur mise aux normes.